Ecole Doctorale
BIOLOGIE SANTE
de Lille

Faculté de Médecine
Pôle Recherche
1 place de verdun
59045 Lille cedex - France
Tel. (+33) 320 623 427
Fax (+33) 320 623 428
www.edbsl.net
contacter
    

Calendrier - Soutenances de thèse

du au  afficher dates


nombre de soutenances de la sélection : 1
LILLE 2 (PHARMA)
GROMADA Xavier  envoyer un message
vendredi 03 novembre 2017
(14h00) - Fac. de Médecine - Pôle Recherche - Amphi Fourier (A)
Identification du rôle du facteur de transcription E2F1 dans la plasticité de la cellule bêta pancréatique.
Le diabète de type 2 (DT2) résulte d'un défaut fonctionnel des cellules β pancréatiques dont les mécanismes sont encore mystérieux, ce qui limite nos capacités thérapeutiques. La dédifférenciation partielle ou totale des cellules β liée à la plasticité cellulaire endocrine pourrait contribuer à la perte de masse de ces cellules dans le DT2 (1) et impliquerait les facteurs de transcription Pax4, spécifique de la cellule β, ou Arx, spécifique de la cellule α. Nous avons également montré que le régulateur du cycle cellulaire E2F1 joue un rôle clé dans le contrôle de la prolifération post-natale des cellules β, ainsi que sur leur masse et leur fonction (2-3). Cependant, le rôle de E2F1 dans la plasticité des cellules β et leur dédifférenciation reste inconnu. Nous avons étudié par immunofluorescence la proportion de cellules α et β dans des modèles de souris invalidées pour E2f1 (+/+ et -/-) et des souris (Db/Db). Nous avons invalidé E2F1 dans les cellules MIN6, par shRNA et siRNA, avec transfections transitoires et immunoprécipitations de la chromatine. Nous avons également traité pendant 24h des îlots humains avec un inhibiteur de E2F1 (E2F1i). L'inactivation génique de E2f1 chez la souris entraîne une diminution des cellules β et une augmentation des cellules α. Ce phénomène est amplifié par l'inactivation de E2f1 dans des souris Db/Db, où des mécanismes de dédifférenciation ont été décrits. L'extinction de l'expression de E2f1 dans les MIN6 induit une diminution de l'expression des marqueurs de la cellule β et une forte augmentation de l'expression du facteur de transcription Arx. Enfin, le traitement d'îlots humains avec E2F1i diminue l'expression de gènes clés de la cellule β.Nos données suggèrent que E2F1 pourrait être nécessaire au maintien de l'identité des cellules ß pancréatiques. Son absence entrainerait une diminution de marqueurs spécifiques de la cellule β et une ré-expression du marqueurs α Arx, et pourraient être à l'origine de la dédifférenciation observée dans le DT2.

abstract (english)
Unité de recherche : UMR CNRS 8199 éq. 02 (BASES MOLÉCULAIRES ET MODÉLISATION DU DIABÈTE ET DE L’OBÉSITÉ )
directeur de thèse : Jean-Sebastien ANNICOTTE